A l’instar d’autres nouveaux produits qui ont très vite connu du succès sur le marché, la cigarette électronique n’est pas épargnée par les idées reçues et autres préjugés. Créée en 1965, cette nouvelle manière de fumer est-elle dangereuse pour la santé ? S’agit-il d’un simple effet à la mode ou d’une réelle solution pour arrêter de fumer ? Que dissimule véritablement ce produit tant controversé ? Les détails.

L’e-cigarette permettrait-elle réellement de cesser de fumer ?

Malgré les nombreuses polémiques dont est sujette la cigarette électronique, les vapoteurs continuent à penser que ce produit aide à cesser de fumer. En effet, l’e-cigarette s’est avérée efficace auprès de plusieurs fumeurs. Elle permet dans un premier temps de reproduire les mêmes effets que la cigarette classique, sans les substances toxiques que cette dernière renferme. De plus, elle aide le fumeur à changer progressivement ses  habitudes. Celui-ci commence alors à réduire petit à petit la quantité de cigarettes qu’il consomme. C’est ainsi que la vapoteur réussit à contrôler son addiction.

Est-il vrai que le vapotage n’est pas dangereux ?

Certes, les constituants de l’e-cigarette sont beaucoup moins nuisibles que ceux que contient la cigarette classique. Et pourtant, elle peut tout de même s’avérer dangereuse surtout pour les non-fumeurs ou encore les femmes enceintes. Ce, car elle renferme de la nicotine ainsi du glycérol, de l’alcool également employé dans les cosmétiques.

Est-il possible de vapoter dans des endroits publics ?

Bien qu’aucune proscription officielle n’ait été mise en vigueur, un compte rendu écrit par certains spécialistes et adressé au ministère de la santé le 28 mai 2013 recommande une prise en charge plus stricte de la cigarette électronique. Ainsi, il est interdit de vapoter dans les endroits publics tels que les transports en commun. Toujours est-il que les entreprises ont le droit d’appliquer une loi interne concernant le vapotage sur le lieu de travail.

L’e-cigarette peut-elle être considérée comme un médicament ?

D’après la délibération rendue par l’Agence nationale de sécurité du médicament, l’e-cigarette ne peut et ne doit être considérée comme un médicament. Néanmoins, les e-cigarettes se conforment à la réglementation du médicament lorsqu’elles répondent à l’un des critères suivants : renfermer au moins 10 mg de nicotine dans la cartouche, prétendre au soutien pour le sevrage du tabac mais aussi détenir une quantité de nicotine d’au moins 20 mg/ml dans l’e-liquide.