Menu du Blog
ACTUS DU BLOG
Il y a du changement sur le site...
vue 97 Vues 0 J'aime
Les nouvelles réglementations concernant la vente en ligne de produits pour la vape Le marché de la vape évolue...
Lire la suite
Un médecin français défend la cigarette électronique

Un médecin français défend la cigarette électronique

calendrier Publié le 08/01/2024
calendrier Modifié le 18/04/2024
vue 3333 Vues 0 J'aime

C’est une publication qui a fait débat sur les réseaux sociaux. En effet, le 1er janvier dernier, un médecin français a publié sur la plateforme X (anciennement Twitter) une série de posts défendant les alternatives au tabac fumé, tout particulièrement la cigarette électronique.

“Tabac contre vape : une guerre sans merci, entre moralisme, puritanisme et conflits d’intérêts.”

Le professeur Antoine Flahault, médecin français directeur de l'Institut de santé globale (Institute of Global Health) de l'université de Genève, s’est ouvertement exprimé sur la vape sur le réseau social X en ce débutant d’année. Son premier post commence par “Tabac contre vape : une guerre sans merci, entre moralisme, puritanisme et conflits d’intérêts.”, de quoi annoncer directement la couleur.

Comme il le rappelle, “la cigarette tue un utilisateur sur deux selon l’OMS. Il n’y a pas de produit sur le marché utilisé selon les préconisations de son fabricant aussi dangereux que la cigarette.”

Un produit dangereux donc, mais toujours énormément consommé en France, qui compte 31,8% de fumeurs et fumeuses parmi sa population. Une consommation que la France peine à enrayer, malgré un prix du tabac de plus en plus élevé. Selon Santé publique France, le tabac est la première cause de mortalité évitable au sein du territoire et cause chaque année environ 75 000 décès.

Comme le professeur Antoine Flahault l’explique dans son second post, “C’est la combustion du tabac qui tue, pas la nicotine. En brûlant, le tabac dégage des goudrons cancérigènes et du monoxyde de carbone dangereux pour le cœur et les vaisseaux”. Justement, c’est exactement ce que permet d’éviter la cigarette électronique ! Celle-ci n’entraîne aucune combustion et n’utilise pas de tabac. Sa vapeur ne dégage ni goudrons, ni monoxyde de carbone.

La cigarette électronique, une aide pour lutter contre le tabagisme selon un médecin français

Les cigarettes électroniques sont bien moins dangereuses que le tabac, cela a été prouvé scientifiquement. C’est d’ailleurs l’une des conclusions de l’Office parlementaire, qui a statué sur le fait que la vape est effectivement moins dangereuse que le tabac. Pourtant, comme le professeur Antoine Flahault le regrette : “Des scientifiques, experts de santé publique, l’OMS même, continuent à entretenir une forte suspicion vis-à-vis des substituts nicotiniques de la cigarette et les politiques publiques sont un peu partout hostiles à la vape.”

Pour lui, c’est simple, avec une telle attitude vis à vis de la vape, “On fait perdre des chances précieuses aux fumeurs.

Afin de sortir du tabagisme de masse, sa solution est la suivante : “Il est temps de réaliser que ces alternatives sont meilleures pour la santé que le tabac fumé. Que vape ou tabac chauffé favorisent ou non les intérêts de fabricants, ils n’ont jamais montré un danger comparable à la cigarette. Il faut les promouvoir chez les fumeurs.”

Une position qui risque de faire grincer des dents au sein du gouvernement français, à une époque où la puff est en voie d’être interdite et où les arômes pourraient bien se retrouver eux aussi sur la sellette…

Un argument souvent avancé contre la cigarette électronique est qu’elle pourrait inciter les personnes qui ne fument pas à se mettre au tabac. Pour le professeur Antoine Flahault, il n’en est rien : “Il est faux de croire que la vape puisse représenter une passerelle vers un tabagisme ultérieur des jeunes: cela a été craint mais ne s’est jamais réalisé partout où on l’a étudié.”

En septembre 2023, les conclusions de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) étaient que la cigarette électronique comme le tabac chauffé sont moins dangereux que le tabac à fumer, tout en précisant : “le tabac chauffé pourrait être moins nocif que la cigarette traditionnelle, tout en restant considérablement plus nocif que la cigarette électronique”.

Entre les deux alternatives au tabac à fumer, la vape reste donc la moins dangereuse. Il serait donc temps de la considérer, à juste titre, comme une aide au sevrage tabagique à recommander aux personnes qui fument, tout particulièrement à celles qui ont échoué leur sevrage tabagique avec les substituts nicotiniques traditionnels (patchs, gommes, sprays…).

Les réactions à la publication du médecin qui défend la cigarette électronique

Les réactions au post du professeur Antoine Flahault ont été nombreuses, avec des témoignages sur ce que la vape a apporté à d’anciens fumeurs.

Les témoignages suite à la défense de la vape par un médecin français

En voici quelques-uns :

“J'ai fumé pendant 20 ans. Après des dizaines de tentatives pour arrêter avec différentes méthodes qui ont toutes échouées, j'ai essayé la vape. Ça fait dix ans maintenant que je n'ai plus touché une cigarette, je continu de vapoter mais je ne suis plus addict.”

“Arrêt complet en un an avec la vape, petit à petit réduction du taux de nicotine et à la fin quand on part sans sa vapoteuse et que la journée se passe normalement on sait que c'est gagné”

“J'aurais jamais pu arrêter de fumer sans la vape. Un an pile aujourd’hui.”

“J'ai arrêté il y a 7 mois du jour au lendemain la cigarette pour la vape, après 30 ans de clope. Les effets furent immédiats sur le souffle et la toux tout en conservant le "rite" de la clope, la "pause clope", qui m'est nécessaire.”

“Avec mon mari, nous avons arrêté de fumer grâce à la vape. J'ai mis 1 mois, mon mari 6 mois... Quelle délivrance !”

Évidemment, la cigarette électronique n’est à destination que des fumeurs et fumeuses qui ont plus de 18 ans. Si elle est un outil de sevrage tabagique et nicotinique efficace, elle n’est pas dénuée de risques pour la santé, même si elle est bien moins dangereuse que le tabac. C’est pour cette raison qu’il faut envisager son arrêt total une fois l’envie de fumer complètement disparue et l’addiction à la nicotine terminée.

Publié dans: Actualités, Santé
julien corder
Ancien gros fumeur, j'ai réussi à arrêter le tabac grâce à la vape. Depuis, je suis devenu un passionné ! Je vapote aussi bien avec du matos expert qu'avec des petits kits compacts, faciles à transporter.

Laissez un commentaire

Connectez-vous pour poster des commentaires